Rio

Projection du 8 juin 2011 dans le cadre du Festival International du film d’Animation Annecy 2011 sur écran géant sur l’esplanade du Paquier.

Synopsis:  Blu est un oiseau exotique qui échoue dans le froid du Minnesota à la suite d’un braconnage. Recueilli par Linda, bibliothécaire, il s’adapte à une petite vie tranquille et bien rangée, et grandit sans apprendre à voler. Il découvre alors qu’il est le dernier mâle d’une espèce très rare, et Blu doit quitter son nid douillet et ses habitudes pour rencontrer Perla, la dernière femelle existante dans la ville de Rio.

Mais celle-ci ne demande qu’à découvrir le monde extérieur et la forêt luxuriante, et considère Blu comme un raté. Mais l’accouplement événement attire les convoitises des trafiquants d’animaux locaux..

 

Rio est le nouveau film de Carlos Saldanha, le réalisateur de la trilogie de l’Age de Glace. On retrouve ainsi ici un film clairement orienté vers les enfants, et c’est finalement le principal problème: tout y est hyper cadré, des relations conflictuelles se transformant petit à petit en double histoire d’amour aux « rebondissements » de l’histoire (qui n’en ont que le nom), en passant par la morale finale et le sauvetage de l’enfant défavorisé.

Pourtant, Rio est loin d’être un mauvais film, il est juste désespérément trop classique. Tout ce qui faisait la force d’un Age de Glace est absent: les seconds rôles, bien que présents, font sourire mais sans plus et les situations s’enchaînent sans une once de surprise ou d’événements complètement fous. L’ambiance sonore, le doublage comme la musique, est très bonne avec ses influences sambas, mais les nombreuses chansons du film sont juste insupportables, tant leur qualité est faible. Sur ce point, n’est pas Disney qui veut.

Il faut tout de même reconnaître que graphiquement, Rio est tout simplement magnifique. C’est un déluge de couleurs, de vues aériennes assez extraordinaires, et les scènes de festival sont juste sublimes, jouant sur toute la gamme de couleur de façon impressionnante. Le film est aussi parfaitement rythmé, on ne s’ennuie finalement pas alors que le scénario très convenu aurait pu le laisser croire. Quelques références au folklore brésilien sont disséminées par ci par là et apportent beaucoup à l’ambiance générale.

Rio n’est pas une déception, je ne fais juste pas partie de la cible. Mais après ce que j’avais ressenti avec le tout premier Age de Glace, on se dit que le fossé est immense, et c’est bien dommage. Jamais on n’atteint une émotion comme l’apporte un film de chez Pixar ou Ghibli, jamais on n’atteint les sommets de folie d’un Age de Glace ou d’un Shrek. Ici, on a juste droit à un (bon) divertissement, mais malheureusement rien de plus. Un film qui risque de vous laisser indifférent.