[PC] Jamestown

J’en avais parlé rapidement au moment de son achat dans un arrivage, mais le jeu m’a tellement plu que je me sens obligé d’en faire une chronique.

Jamestown est un shoot’em up vertical venant de Final Form Games, dont c’est le premier jeu. Comme souvent, l’histoire est assez anecdotique, mais l’univers est assez décalé : on parle ici de colonies britanniques sur Mars attaquées par les Espagnols durant le XVIIème siècle, épaulés par les extraterrestres. Ce qui justifie une ambiance générale très steampunk, alliant maisons en bois, aliens et grosses tourelles.

Graphiquement, on a un rendu très proche des productions Neo Geo type Metal Slug. Autrement dit un jeu extrêmement coloré et soigné, aux tons résolument old-school. Mais le tout reste bien lisible, même sous les centaines de balles qui ne manqueront pas de remplir très vite l’écran. Le character design est d’ailleurs bien sympathique et mignon tout plein, avec des boss super impressionnants façon pieuvre géante à la Lovecraft, et le tout reste fluide en toutes circonstances. Musicalement, on a le droit à une jolie petite BO qui colle bien à l’univers du jeu.

 Le jeu repose sur un principe intéressant pour les fans de scoring : le Vault. Tuer des ennemis rapporte des points et des pièces, qui permettent de remplir une jauge. Une fois celle-ci pleine, il est possible d’activer le Vault, qui rend invincible quelques petites secondes et de double les points récupérés durant la période d’activation. Le double hic, c’est qu’il va falloir redoubler d’effort pour tuer des ennemis pour empêcher la jauge de se vider, et qu’il va falloir éviter de mourir durant cette période pour ne pas voir disparaître tous les points durement acquis. Une dimension un poil stratégique qui en stressera plus d’un, et qui m’aura bien fait râler quand un superbe combo de milliers de points disparaît suite à une imprudence.

Le reste est bien plus classique : quatre vaisseaux dont trois à débloquer durant le jeu, ayant chacun deux tirs différents, qui permettent pas mal de techniques différentes pour nettoyer les niveaux; cinq modes de difficultés dont les derniers vous feront vous arracher les cheveux et cinq niveaux à parcourir (les cinq n’étant accessibles que lorsqu’on dépasse la difficulté trois).

La durée de vie est certainement le plus gros défaut du jeu : il ne faudra guère de temps pour arriver au bout de l’aventure principale. Le jeu a beau être un jeu à scoring, donc à refaire dix, cent, mille fois pour highscorer les niveaux, quelques niveaux de plus n’auraient pas fait tache. Mais il ne faut pas oublier qu’un certain nombre de défis se débloquent avec l’argent gagné durant le mode principal, avec des challenges carrément corsés qui vous bousilleront les doigts.

Le jeu est d’ailleurs jouable en coop locale jusqu’à quatre joueurs. Pas besoin d’investir en masse, le jeu est parfaitement jouable au clavier, à la souris ou à la manette, pour de magnifiques prises de têtes entre potes.

Jamestown est un excellent shoot dans le plus pur esprit des productions des années 80-90, soigné et complètement addictif pour les fans de highscore. Un bel hommage à ce genre parfois oublié, disponible sur Steam pour seulement une dizaine d’euros.