Le guide de survie en territoire zombie / World War Z

Élément phare des films d’horreur des années 80, un brin délaissé ensuite, le zombie est de retour depuis quelques années dans la pop-culture. Toujours plus ou moins présent dans les contextes vidéoludique et cinématographique (avec un génial Shaun of the Dead à voir si vous l’avez loupé), c’est surtout du coté de la littérature qu’il faut chercher un net renouveau, comme a pu le prouver l’excellent graphic novel Walking Dead de Kirkman et Adlard, d’ailleurs adapté en une série télévisée encensée par le public. L’occasion pour moi de parler de deux bouquins qui m’ont vraiment séduit.

Le premier, certainement le plus connu des deux, s’appelle le Guide de Survie en Territoire Zombie. N’y cherchez aucune malice, il s’agit réellement d’un outil de survie ! S’inspirant des manuels et autres guides de l’armée américaine, le GSTZ se veut le compagnon du citoyen lambda pour survivre dans un monde contaminé par les mort-vivants. On y retrouve ainsi plusieurs sous-parties afin de guider le lecteur dans ses choix, regroupant toutes les informations nécessaires pour éviter les pièges les plus fréquents.

Tout d’abord, la connaissance de son ennemi : le guide est là pour informer sur le virus à l’origine des zombies, de son mode de transmission et des solutions en cas d’infection. Sont données aussi tout un tas de précision sur les capacités des revenants, leurs points forts et faibles.
Ensuite, il faut passer à l’attaque ! Quelles sont les armes à privilégier contre un zombie, à quel endroit se fournir pour ne pas tomber sur du mauvais matériel qui lâcherait à un moment inopportun? Faut-il privilégier le combat rapproché ou le combat à distance ? Le guide détaille également quels sont les refuges les plus appropriés, compare différents types de structures habitables et recommande certaines zones.
Enfin, le manuel explique comment survivre dans un monde dévasté, comment se nourrir une fois les supermarchés vides et se déplacer en toute sécurité, mais surtout comment anticiper une apocalypse qui pourrait arriver n’importe quand en en reconnaissant les signes avant-coureurs.
Le guide se clôt par un inventaire des différents cas ayant été recensé dans l’Histoire, mais qui n’ont jamais été ébruités…

Ce qui est vraiment hallucinant dans cette œuvre de fiction (oui oui ! Rien n’est vraiment réel, ne partez pas en courant tout de suite !), c’est la crédibilité du tout : absolument chaque information est cohérente, expliquée, justifiée, et pleine de bon sens, donnant un effet réaliste à la totalité du livre vraiment impressionnante. Tellement qu’on oublie même à certains moments que ce que l’on lit n’est que pure invention, tant ce qui est raconté est prenant. On a presque envie, une fois le livre refermé, d’attaquer la construction d’un petit abri avec son katana, son AK47 et une pile de boite de chili. Juste bluffant.

Le second est mon gros coup de cœur de l’année dernière, certainement l’un des livres les plus marquant que j’ai lu… La Terre a été ravagée par une invasion planétaire de zombies, et après plusieurs années de combat, l’humanité a enfin vaincu le Fléau. Pour ne pas oublier ces années de lutte, un homme se voit confier la mission de voyager à travers le monde pour recueillir les témoignages les plus marquants, nécessaires pour établir un rapport d’information destiné à ce que l’apocalypse ne se reproduise plus. Mais ces témoignages étant beaucoup trop « humains » pour un document qui se veut officiel et objectif, l’homme se voit donner l’autorisation de les publier sous la forme d’un livre retraçant les grandes lignes de la guerre au travers des récits des survivants… Des premiers cas asiatiques à la contamination globale, puis à la contre-attaque humaine, tout sera raconté au lecteur…

Encore une fois, c’est la cohérence du tout qui rend le livre exceptionnel : l’ambiance créée est absolument fabuleuse, pas un moment ne passe sans que l’on ait vraiment l’impression que ce sont des discussions réelles que l’on lit. La contamination est parfaitement racontée, et s’appuie sur des arguments crédibles tels que l’immigration clandestine, montrant à quel point une pandémie pourrait vite arriver. Le soin apporté à chaque détail transparaît à chaque mot, à chaque phrase des survivants, et on vibre avec eux, partageant leurs peurs et leurs réflexions. Le livre n’est pas à mettre entre toutes les mains, les détails sanguinolents étant légion, mais si vous avez le cœur bien accroché, World War Z est une aventure à vivre absolument. Il est d’ailleurs amusant de voir que le Guide est parfois cité, même si son nom n’est jamais explicitement donné.

Mieux, l’auteur n’hésite pas à livrer de façon plus ou moins cachée une critique acerbe de notre société, n’hésitant pas à tirer sur les gouvernements actuels, l’armée, l’information ou les dérives d’un monde pourtant éduqué, mais qui ne mérite pas forcément de survivre. Absolument tout y passe, sans hypocrisie aucune, n’hésitant pas à s’attaquer aux guerres de religion, au star-system et aux conflits d’ego propres aux hommes, donnant au roman un aspect contestataire très intéressant. On est bien loin d’un monde manichéen où l’humain serait le héros; ici, chacun a sa zone d’ombre, ses choses à se reprocher et ses regrets.

Tous deux écrits par Max Brooks, le fils du réalisateur Mel Brooks, ces livres se dévorent à toute vitesse et vous ne pourrez qu’être séduit par cette maestria. En espérant que vous ne fassiez pas de cauchemar ensuite…