[Arrivage] Leonardo et une bonne fournée de comics/BD

Un bon moment que je n’avais pas fait un article d’arrivage, vu qu’aucune pièce vraiment intéressante n’avait débarqué dernièrement. Il y a bien eu une tonne de jeux et d’autres bricoles, mais ce n’est pas super plaisant d’en parler dans un article juste pour les mentionner et basta.
Mais ce week-end, j’ai reçu une très jolie statuette commandée sur le Net : un joli coup de cœur croisé par hasard sur un site d’achat, et comme toujours, j’ai été très content de la dégoter trois fois moins chère que sa côte normale. Je me suis donc offert (merci les remboursements de déplacements de l’Éducation Nationale) une belle statuette de Leonardo, le meneur des Tortues Ninja. C’est une version plutôt inspirée des comic-books (vu que le bandeau est rouge, et non bleu comme dans les séries animées) mais esthétiquement, on reconnaît quand même le style de l’animé du début des années 90. Éditée  par Playmates à 2222 exemplaires, mesurant près de 23 centimètres, la sculpture est vraiment de très bonne qualité, et la peinture très convaincante. La statuette se visse d’ailleurs sur son socle de façon à pouvoir la rendre plus stable et de permettre un transport plus simple. Une bonne surprise donc, qui me donne envie de trouver les trois autres à terme…

Un petit shooting (fait avec les moyens du bord), ça vous tente ? Cliquer sur les photos pour les voir en grand format !

 

Sinon, trois grosses arrivées niveau comics BD depuis la fin décembre :

– Le recueil d’Alias, une mini-série de Brian Michael Bendis publiée en intégralité dans la gamme Omnibus, les 28 numéros (plus un hors-série) de la série centrée sur Jessica Jones, super-héroïne reconvertie comme détective qui se retrouve embarquée dans des histoires plutôt sombres et réalistes et qui doit gérer ses super-pouvoirs, sa relation avec Luke Cage et ses problèmes d’alcoolisme…

– Le premier tome de la série The Boys, qui raconte les pérégrinations d’une équipe de supers qui a pour but de réguler les agissements des autres héros, et accessoirement de leur filer une bonne trempe lorsque ceux-ci dépasse les bornes. Scénarisée par Gareth Ennis, la série est très violente et très très crue. Mais c’est un vrai bonheur (comme souvent chez Wildstorm) de suivre des équipes qui se mettent littéralement les tripes à l’air pour assurer son job.

– Le roman graphique Portugal, de Cyril Pedrosa, primé à Angoulême par le prix FNAC. Je ne dirai rien de l’histoire (d’ailleurs pour être honnête, il ne se passe pas grand chose en tant qu’action), mais c’est un vrai beau coup de cœur, une expérience très intense sentimentalement parlant. Et puis, même si je n’ai pas pu lui parler très longtemps ( sans connaitre le travail d’un artiste c’est toujours compliqué, et puis il y avait du monde), j’ai trouvé l’auteur très sympathique. Pouvoir discuter comics et manga avec quelqu’un de connu, c’est toujours un plaisir particulier qui fait chaud au cœur.

Et je peux l’affirmer, les trois sont des réussites totales, dans des styles bien différents et particuliers toutefois.