Du Lego en pagaille

Le mois de mai est un peu à double tranchant : pour mon boulot, c’est vraiment pas le top avec tous ces jours fériés, parce que les gamins sont au level 9000 de la chiantitude derrière et qu’il faut ramer pour les remettre au boulot. Et avec la météo actuelle, ça donne pas forcément envie. Le bon côté de ces nombreux jours de repos, c’est que ça laisse pas mal de temps pour se plonger dans les jeux en retard, les jeux qui sortent (merci Diablo III et Max Payne 3) ou encore de profiter des gros cadeaux que l’on se fait ! Et cette fois-ci, je n’y suis pas allé à moité en m’offrant quelques nouvelles boites de Lego.

Les deux premières font en fait partie du cadeau que m’a offert ma maman pour mon anniversaire. L’occasion de commander deux petites boites (25€ chacune) centrées sur les super héros. Et pas de jaloux, puisqu’il y a à la fois du Marvel et du DC au menu! La première a été acquise uniquement pour les mini-figurines, puisque je suis un grand fan de ces trois héros Marvel : la charismatique Magneto, le complément fou Deadpool et la superstar Wolverine. Et le résultat est magnifique, je ne suis absolument pas déçu des personnages : très bien réalisés, avec différents visages pour changer l’humeur des protagonistes, une finition proche de la perfection. Il suffit de regarder d’un peu plus près le casque de Magneto pour voir le soin apporté à ces minifigs. L’hélico est sympathique et bien pensé aussi, avec des rangements pour les sabres de Deadpool par exemple.

 

La seconde boîte, tirée de l’univers DC, met en scène Superman et Wonder Woman aux prises avec le machiavélique Lex Luthor. Des personnages beaucoup plus classiques (et d’ailleurs c’est le même visage qui sert pour Kent et Luthor… Heureusement que l’un porte une deuxième tête !) mais un mécha de toute beauté pour assouvir les désirs de conquête du grand Luthor. Le montage est vraiment sympa, et la kryptonite cachée dans le canon est une jolie surprise (et un gros plus pour la cohérence). Très jolie qualité au final, même si les personnages sont trop « aseptisés » à mon gout.

Mais c’est une pièce bien plus impressionnante qui rejoint ma collection, après le van VW : Lego vient en effet d’éditer un modèle réduit du mythique droïde R2D2 de la saga Star Wars. Et après quelques hésitations, puisque la Death Star me tentait aussi, j’ai finalement craqué. Comme toujours avec la marque danoise, on sait qu’on va y mettre un sacré prix (200€ ici) mais que le sacrifice sera récompensé. Le modèle est vraiment très très beau et terriblement bien pensé. Là où le vieux modèle Mindstorm possédait une sorte de coque pas très esthétique et restait très rudimentaire, ce R2D2 là est entièrement composé de briques. Et un bon nombre de détails sont présents : trappes qui s’ouvrent pour laisser apparaître scie et sonde, pied rétractable qui permet au petit robot de s’incliner, tête qui tourne à 360°… Vraiment complet ! Il faudra bien compter une petite dizaine d’heures pour monter entièrement le monstre de 31 centimètres de haut, 18 de large et de quelques 2127 pièces.

Et ce qui est bien avec Lego, c’est qu’on a toujours quelques surprises : pour avoir été dans les premières commandes, et en l’honneur du Star Wars Day du 4 mai, plusieurs petits cadeaux sont arrivés avec l’énorme colis : un modèle réduit de TIE Fighter plutôt joli, un poster qui reprend les visuels de la boîte du R2, mais surtout une minifigurine exclusive de TC-14, la version argentée de C3PO que l’on aperçoit dans la Menace Fantôme en tant que droïde de protocole de la Fédération du Commerce.

Voilà la galerie du montage en suivant les guides, les changements d’éclairage s’expliquant par le fait que j’ai fait durer le montage sur plusieurs journées pour bien en profiter ! Et si vous voulez d’autres photos, n’hésitez pas !

EDIT : Première édition de cet article avec une customisation du petit R2 (première, car j’espère bien qu’il y en aura d’autres). Le modèle est donc maintenant éclairé, et offre un rendu plutôt sympa !

C’est Apteis qui m’a gentiment fourni le lien (et piqué mon thème WordPress, haaaaan !) pour obtenir le circuit et les diodes nécessaires à l’éclairage du modèle. Le câblage est vraiment très simple : il suffit de retirer une brique de l’arrière de la tête pour laisser apparaître le circuit et les boutons (l’un pour allumer, l’autre pour les variations de clignotements) et de changer quelques pièces pour laisser passer les diodes.
Perso, je n’ai câblé que l’avant de la tête, puisqu’il me manquait quelques pièces pour maintenir les fils de l’arrière et que quelques emplacements sont difficilement atteignables. Je tenterai peut-être une plus jolie finition plus tard.